Compacter
Changer fond
Supprimer menu
Ukratio, pour une société vraiment plus juste, durable et fraternelle
Aide menu
Surligner après
Questions à un ami utopiste

I Une autre économie


5 Une économie économe et équilibrée

- D'accord, mais bon, c'est assez contraignant, ton système. C'est le travail obligatoire en permanence.

- Beaucoup moins que dans le système monétaire, en fait.
Tout d'abord, seul ce qui est absolument nécessaire à la satisfaction optimale est imposé. On ne te dira pas de faire telle chose à telle heure, lorsqu'il n'y a pas un véritable intérêt pour cela. On te dira par exemple : « avoir produit cela avant telle date à telle heure ». Ensuite, tu t'organises comme tu veux. L'ucratie, ce n'est ni le monastère, ni l'usine. Actuellement, pour les salariés, du moins, c'est le boulot à heure fixe : 8h-12h, 14h-17h du lundi au vendredi, par exemple.
De plus, pour un même niveau de consommation, tu bosses moins, grâce à une meilleure performance économique.

- Pourquoi « meilleure »  ?

- Parce que dans ce système, il y a bien moins de gaspillage, puisque les productions sont exactement adaptées à la demande. Vois tout ce que jettent les marchands lorsqu'ils n'arrivent pas à vendre certaines denrées périssables dans les délais, le superflu que beaucoup s'ingénient à produire dans le but de « gagner leur vie », et qui va souvent directement à la poubelle faute d'avoir trouvé preneur. De plus, il n'y a pas à payer pour du chômage, des faillites d'entreprise, des plans sociaux... Il y a beaucoup moins de criminalité, de conflits sociaux, sans parler de la gestion proprement dite du système capitaliste, nécessairement complexe (législation, notariat, finance, bourses, espionnage etc.) et de ses crises à répétition, parfaitement absurdes.
En plus de ça, la consommation est généralement moindre, car elle n'est plus suscitée par des producteurs qui cherchent à accroître un chiffre d'affaire, mais seulement par l'introspection : chacun détermine ce à quoi il aspire vraiment, en dehors de toute sollicitation parasite. Donc, ce travail imposé ne représente qu'une petite partie du temps de chacun... Et tu as beaucoup plus de choix dans ton mode de vie, tu ne bosses que pour ce que tu consommes, quelque part, et ton travail est plus varié avec plus de liberté.

- Comment ça : « on travaille pour ce qu'on consomme » ? Je croyais que tout cela était collectivisé en vu de la satisfaction commune. Je n'ai pas vu de règle imposant une équivalence entre travail produit et travail consommé.

- Non, pas précisément. Il n'est d'ailleurs pas toujours possible de faire correspondre sans arbitraire un temps de production à un produit donné. Par contre, la règle d'équité (la prise en compte de l'écart-type, mais il peut y en avoir d'autres), fait que les activités de production étant généralement moins prisées que les activités de consommation, chacun a à peu près autant de travail de production que de consommation. Et s'il en a sensiblement moins, c'est que le travail attribué est globalement plus pénible (à la personne, et probablement encore plus aux autres) que celui attribué à ceux qui en ont plus... Mais ce n'est pas une règle absolue. Du coup, il n'y a plus cette opposition entre travail et consommation, qui fait que le travail est illusoirement considéré comme un mal et la consom­mation un bien. Le seul bien considéré est la satisfaction réelle de chacun.

- Mais la satisfaction est une affaire personnelle, tout le monde n'a pas la même pour la même chose.

- Tout à fait, et c'est bien ce que ce système prend parfaitement en compte... :-)

- Et si je me rends compte à l'usage qu'une satisfaction que j'avais attribuée à une activité (de production ou de consommation) est différente que ce que j'avais prévu.

- Eh bien, tu la changes en conséquence ! Et les nouvelles valeurs seront prises en compte lors des distributions futures.

- Tu as dit qu'il pouvait y avoir d'autres règles d'équité...

- Oui. Par exemple, on peut interdire que la satisfaction individuelle ne s'approche trop (par valeurs supérieures) de ce qu'elle serait si la personne était seule (en bénéficiant des mêmes ressources naturelles). C'est le principe de non-exploitation. Tout le monde est ainsi absolument assuré de bénéficier largement de ce système, de la coopération de tous.

Lire la suite

N'hésitez pas à réagir aux textes en utilisant le forum public ou votre forum perso .

Pour toute citation ou reproduction :

  1. Mentionner les sources (ici: l'adresse du présent site ou de la page) *.
  2. Pour une reproduction sur internet, ne citer que des extraits et mettre un lien hypertexte vers la page d'origine *.
  3. Pas d'utilisation commerciale ou lucrative *

* Sauf autorisation expresse de l'association.

Merci de votre collaboration.

Site optimisé pour Firefox >5

Plan du site