Compacter
Changer fond
Introduire menu
Ukratio, pour une société vraiment plus juste, durable et fraternelle
Questions à un ami utopiste

I Une autre économie


8 Une économie sûre

- Le problème est que tout cela est fragile, et implique une dépendance.

- Ah bon, laquelle ?

- La dépendance à la technique, à l'informatique.
Imagine une grosse panne, un problème technique qui fait que tous les ordinateurs cessent de fonctionner...

- Si la technique défaille, on n'est pas perdu pour autant. Dans le pire des cas, on en revient à ce qui constitue la base de cette économie : la démocratie directe assortie de quelques règles simples (pour que les calculs éventuels puissent se faire à la main). Cela s'est déjà pratiqué ça et là dans le monde. Sur le long terme, ça reste bien moins catastrophique que le capitalisme, même si effectivement, l'efficacité économique et la justice y serait plus limitées. Il y aurait un peu plus de difficultés humaines.
L'idée est que la technique reste un outil au service du mieux-être de tous, et ne devienne pas une dépendance.
Tu es d'ailleurs conscient que cette dépendance existe déjà en capitalisme : si tous les ordinateurs qui gèrent la finance et autres se crashaient...

- De toute façon, vous avez oublié le point faible d'entre les points faibles, qui fait que ça ne va pas durer.

- ?

- L'homme.
Tout ça repose sur un certain comportement humain, certes raisonnable... Si par exemple quelqu'un n'indique pas ses niveaux de satisfaction, on fait quoi ? On va lui courir après ?

- Pas nécessaire. Un niveau non rempli (après sollicitation de l'intéressé), est supposé égal à zéro. Donc, les calculs ne sont pas bloqués.

- Et si l'individu concerné n'est pas content du résultat ?

- Eh bien, il fera avec jusqu'à modification des données (par lui). Chacun doit assumer ce qui dépend de lui. Point d'assistanat. En plus, là, elles sont pas bien méchantes, les conséquences.

- N'y a-t-il pas un risque de fraude de la part de ceux qui auraient accès aux programmes ?

- Sur ce plan, il y a évidemment un minimum de protection. Ensuite, tout est transparent. Chacun peut contrôler les calculs de son côté...

- Et si quelqu'un ne fait pas un travail qui lui a été dévolu ? Il se passe quoi, là ?

- Un groupe de personnes compétentes en psychologie, le contacte pour comprendre ce qui se passe. Bien souvent, il s'agit d'un problème d'addiction, de souffrance morale. Il est alors traité comme tel. Mais si vraiment, il apparaît que la personne est juste encline à la paresse, trop égoïste, il y a un système d'incitation, de sanctions pour qu'elle respecte les règles. Typiquement, elle ne bénéficiera pas de toutes consommations souhaitées... Également, si cela ne s'avère pas suffisant, on lui demande d'aller vivre autrement avec qui bon lui semble, à moins que cette personne préfère vivre seule.

- Ah oui, quand même !

- Elle pourra à nouveau revenir, si le cœur lui en dit, après un certain délai.
On évite de rentrer dans une logique de punition. On préfère faire appel à la maturité, à l'entente sur un pied d'égalité, une sorte de contrat, en quelque sorte. On considère que chacun est libre de vivre comme il veut, mais aussi de choisir avec qui il vit. Nous, on a choisi de vivre selon certaines règles avec ceux qui les respectent (qui font un effort minimum pour ça, disons)...
La sanction est la même pour celui qui prend un bien sans permission (à celui qui le possède, par exemple) et hors cas de force majeure, bien sûr.
En fait, ça arrive rarement que quelqu'un enfreigne délibérément ces règles, car il n'y a pas vraiment de raisons très fortes à cela (et qu'il y en a, par contre, de ne pas les enfreindre).

- Moins travailler et consommer plus, accroître sa propre satisfaction...

- Oui, mais une satisfaction déjà raisonnablement élevée, et un accroissement qui se ferait nécessairement au détriment d'autrui. La situation est très différente d'un système capitaliste, injuste par construction... et surtout, incitant à s'accaparer toujours plus de biens. Là, cet accaparement est bien moins désirable.
Si le système capitaliste entretient l'égoïsme, le notre entretient l'altruisme.

Lire la suite

N'hésitez pas à réagir aux textes en utilisant le forum public ou votre forum perso .

Pour toute citation ou reproduction :

  1. Mentionner les sources (ici: l'adresse du présent site ou de la page) *.
  2. Pour une reproduction sur internet, ne citer que des extraits et mettre un lien hypertexte vers la page d'origine *.
  3. Pas d'utilisation commerciale ou lucrative *

* Sauf autorisation expresse de l'association.

Merci de votre collaboration.

Site optimisé pour Firefox >5

Plan du site