Compacter
Changer fond
Introduire menu
Ukratio, pour une société vraiment plus juste, durable et fraternelle
Questions à un ami utopiste

II Une autre organisation politique


3 Le mode de délibération

- Et concrètement, ça se passe comment pour la prise de décision. Vous votez à la majorité  ? Vous attendez que tout le monde soit d'accord  ?

- Attendre que tout le monde soit d'accord, ça peut être long ! De fait, ceux qui bloquent imposent quelque chose à la majorité.

- Donc, c'est la dictature de la majorité ?

- Pas vraiment, non ! Tout d'abord, il faut distinguer entre les décisions de goût, et les décisions argumentables.

-   ?

- Les décisions de goût, c'est lorsque ce n'est qu'une affaire de goût. Par exemple : « en quelle couleur repeint-on la salle de réunion ? ». Dans ce cas, on procède comme nous l'avons vu à propos des décisions économiques : chacun indique un niveau d'appréciation pour les différentes options, et on détermine l'optimum (maximisation des moindres satisfactions).

- Dans cet exemple, il peut aussi y avoir des arguments : certaines couleurs peuvent avoir des effets particuliers sur le psychisme, par exemple.

- Alors dans ce cas, oui, ces arguments sont pris en compte aussi. Beaucoup de décisions sont mixtes, en quelque sorte. J'ai fait la différence pour simplifier, ensuite, il suffit de mixer :-).
Dans le cas d'une discussion argumentable, il y a d'abord discussion : partage d'arguments et d'informations pertinentes.

- Discussion qui risque de durer longtemps...

- Justement, non, car il y a un délai maximum.

- C'est arbitraire : toutes les délibérations ne nécessitent pas le même temps de réflexion.

- Justement, ce n'est pas toujours le même. Avant chaque décision (pas complètement anodine, quand même), on commence par établir un délai maximum de réflexion et/ou une durée maximum de débats. L'intérêt de ça est de ne pas consacrer un temps et une énergie importants à ce qui ne les justifie pas. De plus, certaines décisions peuvent présenter une certaine urgence.

- Et pour établir ce temps, ça vous prend beaucoup de temps ? Il n'y a pas une délibération préalable pour savoir combien de temps on va consacrer à la détermination du délai, des fois ? J'ai l'impression que ça va durer longtemps tout ça...

- Non, car cela est fixé rapidement par une personne qui a cette fonction.

- Ça y est, je le tiens le pouvoir, il existe bien. Et c'est qui, ce président autoproclamé  ?

-  :-) En fait, il n'y a pas de président de séance, il y a plusieurs fonctions comme ça qui sont attribuées à des personnes différentes.

- Une sorte de directoire, donc...

- Pas vraiment, non ! Ces fonctions sont occupées par tous ceux qui le désirent (et qui sont jugés suffisamment compétents), à tour de rôle.

- Et qui juge de leur compétence ?

- Tout le monde : c'est juste que si quelqu'un s'avère franchement incompétent, on transfère la fonction à quelqu'un d'autre.

- Et si certains ne sont pas d'accord avec le délai fixé  ?

- Dans ce cas, ils le signalent, ils expliquent leur motivation, puis, si le gardien du temps n'est pas d'accord, le choix du temps est mis au vote. C'est la majorité qui tranche.

- Et une fois qu'on est parvenu au temps maximum ainsi fixé au départ, c'est également la majorité qui tranche, je suppose.

- Tout d'abord, il est rare qu'on ait besoin de tout ce temps pour décider, c'est vraiment un maximum... Le but des discussions est de trouver la solution qui satisfasse le plus grand nombre possible. Dès qu'on atteint l'unanimité, la décision est prise. Ensuite, si effectivement, l'unanimité n'a pas été atteinte avant le délai maximum, c'est l'avis majoritaire qui est adopté sauf s'il y a blocage.

- Blocage  ?

- Il y a blocage lorsqu'une ou plusieurs personnes n'acceptent pas le choix majoritaire. Mais pour que le blocage soit effectif, elles doivent fonder ce choix sur l'éthique commune.

- L'éthique commune  ?

- L'éthique harmoniste : la satisfaction maximale, la solidarité, la préservation de l'environnement, une démarche rationnelle. Ensuite, chaque commune peut avoir des spécificités, ce qui permet à chacun de choisir l'éthique qui lui convient le mieux.

- Oui, mais formellement, il est facile de toujours trouver un fondement sur la base de l'éthique commune. Il est donc facile à n'importe quel emmerdeur de bloquer les décisions, et d'empêcher ainsi toute évolution.

- C'est pour cela que ceci ne suffit pas à un blocage définitif, il faut que cet argument soit supérieur aux arguments opposés fondés sur l'éthique commune, s'il y en a, bien sûr.

- Et comment est jugée cette supériorité ?

- Par le gardien de l'éthique, tout d'abord, puis la majorité en cas de contestation.

- Tu parles de blocage définitif, ça veut dire qu'il peut y avoir des blocages temporaires ?

- Oui, si l'argumentation n'est pas jugée nettement supérieure, que les avis sont partagés, ou bien si la personne souhaite juste un temps de réflexion supplémentaire pour pouvoir mieux exprimer ses arguments.

- Et quelle est alors la durée d'un tel blocage temporaire ?

- ça dépend de la décision : de son urgence surtout. Cela se fait comme je l'ai expliqué tout à l'heure : le délai supplémentaire est décidé à la majorité sur proposition du gardien du temps

- « gardien du temps », « gardien de l'éthique »... il y en a beaucoup comme ça, de ces gardiens ?

- Il y a aussi le secrétaire, le distributeur de parole, le programmateur de séance... Sinon, comme gardien à proprement parler, il y a aussi le gardien de l'ambiance, de la porte... mais ils sont moins indispensables. Il peut y avoir aussi des rôles plus spécialisés. Par exemple, le gardien du temps a plusieurs fonctions (qui peuvent être attribuées à plusieurs personnes : ce qui fait des gardiens du temps spécialistes).

- Et quelles sont ces fonctions  ?

- Établir les délais maximums, déclarer la réunion ouverte, signaler les dépassements de temps impartis, accorder une pause si une certaine fatigue est perçue (des participants peuvent la demander)... La spécialisation dépend ensuite du nombre de personnes en présence. Ce n'est pas trop rigide.

- Le distributeur de parole est celui qui distribue la parole, je suppose.

- Quelle perspicacité ! Il fait en sorte que tous ceux qui souhaitent parler puissent le faire, aussi équitablement que possible. Souvent, même, on pratique des tours de parole : chacun a la parole à tour de rôle, et doit dire qu'il la passe s'il ne veut rien dire. Cela sert à assurer l'expression de tous lorsque la chose se justifie.

- Et comment est élaboré l'ordre du jour, par le « programmateur de séance », je suppose  ?

- Pas tout seul ! Chaque citoyen fait part des idées qui lui viennent et qui lui semblent pouvoir être profitables pour tous, ou encore des problèmes qu'il constate... Ces informations sont collectées en temps réel dans une base de données.
Le programmateur de réunion, prend ces informations, les regroupe et les classe par ordre de priorité décroissante.

- Alors comme ça, une proposition peut se retrouver sous la pile à chaque fois, et ne jamais être traitée.

- Non, car il y a une limite maximum entre la date de la proposition et celle de la réunion où elle est évoquée pour la première fois, puis traitée. Le programmateur doit en tenir compte.
Ensuite, tout cela est transparent : tout le monde a accès aux propositions en temps réel, la « boîte à idées », et peut donc contrôler le travail du programmateur de réunion, le contacter...

Lire la suite

N'hésitez pas à réagir aux textes en utilisant le forum public ou votre forum perso .

Pour toute citation ou reproduction :

  1. Mentionner les sources (ici: l'adresse du présent site ou de la page) *.
  2. Pour une reproduction sur internet, ne citer que des extraits et mettre un lien hypertexte vers la page d'origine *.
  3. Pas d'utilisation commerciale ou lucrative *

* Sauf autorisation expresse de l'association.

Merci de votre collaboration.

Site optimisé pour Firefox >5

Plan du site