Compacter
Changer fond
Introduire menu
Ukratio, pour une société vraiment plus juste, durable et fraternelle

Que faire ?

Un humanisme rationnel

Que faire... pour moins de souffrances dans le monde ?
Que faire pour préserver la planète  ?
Comment œuvrer de notre mieux dans le sens d'un monde plus durable et agréable pour tous ?

Pour une approche rationnelle et durable, il convient évidemment de s'attaquer aux causes.

Origines de la souffrance

La souffrance humaine a une origine intérieure (propre à la psychologie de celui qui souffre) et une origine extérieure. Par exemple, j'ai perdu mon chat et j'ai du chagrin. Cause extérieure : la disparition du chat ; cause intérieure : mon attachement à ce chat.

La cause intérieure fait pratiquement toujours intervenir un attachement (ne serait-ce que l'attachement à sa propre vie). Le travail sur le détachement est à entreprendre par chacun sur lui-même. Tout au plus, la société peut-elle avoir une action éducative dans ce sens.
Selon les cas, il peut être préférable d'agir soit sur la cause intérieure soit sur la cause extérieure. D'une façon générale, il est préférable d'agir sur la cause extérieure lorsque l'attachement concerne un besoin fondamental : survie, santé, faim etc.

Cinq fléaux

Parmi les causes extérieures de souffrance, certaines sont d'origine naturelle et difficilement évitables (tremblements de terre, maladies génétiques etc.) Elles ne peuvent être réduites que progressivement par les progrès de la science. D'autres ont leur origine dans le comportement humain : guerres, pollution, criminalité etc. Ces dernières sont les plus préoccupantes actuellement, non seulement par leur ampleur mais aussi parce que certaines menacent la survie de l'espèce.
Dans ce qui suit, nous allons donc essentiellement nous préoccuper de réduire ces causes extérieures d'origine humaine.

Ce sont principalement :

La destruction de l'environnement est une source de misère (faim, froid, maladie...) pour les générations futures.

Quatre causes

À l'origine de ces fléaux, on trouve essentiellement les causes suivantes, sur lesquelles il serait facile d'agir rapidement car elles ne sont pas entièrement « naturelles » :

Plus d'explications ici (cliquer sur « III Les principales causes des problèmes »; durée 20').

Par « pouvoir », nous entendons ici : « pouvoir hiérarchique ». Le pouvoir hiérarchique ou hiérarchie de pouvoir est la convention sociale par laquelle seul l'avis de celui qui est le plus élevé dans la hiérarchie est retenu à l'exclusion des autres (s'il souhaite prendre en compte l'avis d'autrui c'est donc aussi son avis...) En cas de désaccord avec autrui, c'est son avis qui l'emporte. Une alternative serait la démocratie (au sens étymologique : le groupe décide) : les protagonistes essaient de se mettre d'accord, puis, faute de mieux, suivent la voix de la majorité.
Ce « pouvoir » étant non partageable, il en résulte de la compétition pour l'obtenir, dont découle soit un conflit (entre les prétendants), soit de l'oppression (sur ceux qui se soumettent).
Remarquons que la richesse (matérielle) est une forme de pouvoir hiérarchique (c'est le propriétaire qui décide pour tout ce qui concerne « son bien »)...
Notons que ce pouvoir peut être collectif. Par exemple, deux peuples se battent pour la gestion/possession d'un même territoire...

Le facteur économique

On remarquera aisément que ces « causes » ont elles-mêmes une origine dans le système économique actuellement dominant.
Celui-ci incite à une consommation excessive (via la publicité), à la soif de pouvoir (la hiérarchie est présente presque partout : États, entreprises, propriété privée etc.) Tout ceci alimente l'injustice : le pouvoir, par définition, donne à ceux qui le cherchent et en ont déjà un peu plus, le pouvoir d'en avoir encore plus (la justice est alors un équilibre instable). 
Ces différentes causes s'alimentent mutuellement en un cercle vicieux : pour consommer plus, il faut gagner plus, et pour cela, inciter autrui (ses acheteurs potentiels) à consommer plus (en faisant de la publicité, par exemple)...
En conduisant l'individu à consacrer l'essentiel de son temps à la quête (rendue nécessaire) de pouvoir personnel (en particulier économique), ce système renforce les dispositions humaines de type "égoïstes" au détriment des autres. En effet, comme l'a établi la psychologie moderne, ce n'est pas seulement l'attitude intérieure qui détermine le comportement humain, c'est aussi le comportement effectif qui, sur le long terme, détermine l'attitude intérieure. Un désir croît avec le temps et l'énergie qu'on y consacre... L'influence du mode de vie est au moins aussi importante que celle des valeurs... Au vu de l'échec multiséculaire de l'approche moraliste, ou pourrait peut-être envisager une organisation économique alimentant d'autres aspirations...

Le pouvoir personnel (économique ou politique) est aussi, en particulier, pouvoir de contourner les lois éventuelles. Donc, en présence de tels pouvoirs, les lois n'ont que peu d'effet...
D'où l'idée d'agir à la racine du mal, sur l'origine de la soif de pouvoir hiérarchique.
Or, cette soif a des causes extérieures sur lesquelles on peut facilement intervenir...

Par exemple, on ne désire jamais que ce dont on a connaissance. Personne ne voulait avoir une automobile à l'époque où ce véhicule n'avait pas encore été inventé. Qu'en serait-il du désir d'argent dans une société sans argent ? Toutes choses égales par ailleurs, on désire plus ce qui semble à notre portée que ce que l'on sait être extrêmement difficile à obtenir. Qu'adviendrait-il de la soif de pouvoir dans une démocratie directe ? On désire plus ce dont on entend souvent parler (pourquoi, sinon, les marques paieraient-elles pour des publicités où ne figure que leur nom ?) On désire plus ce qui est valorisé socialement. On désire plus ce qui permet de satisfaire un grand nombre d'autres désirs. D'où la folie du pouvoir en général et de richesse en particulier...

N'hésitez pas à réagir aux textes en utilisant le forum public ou votre forum perso .

Pour toute citation ou reproduction :

  1. Mentionner les sources (ici: l'adresse du présent site ou de la page) *.
  2. Pour une reproduction sur internet, ne citer que des extraits et mettre un lien hypertexte vers la page d'origine *.
  3. Pas d'utilisation commerciale ou lucrative *

* Sauf autorisation expresse de l'association.

Merci de votre collaboration.

Site optimisé pour Firefox >5

Plan du site