Compacter
Changer fond
Supprimer menu
Ukratio, pour une société vraiment plus juste, durable et fraternelle
Aide menu
Surligner après

message du forum

En vous connectant, au moyen de la petite clé ci-dessous, vous bénéficierez d'un certain nombre de fonctionnalités pour mieux suivre les échanges : signalement des derniers messages, des messages non-lus ou à revoir, fonctionnement correct de la notification par mail etc.
Elle permet également de vous "enregistrer" (créer un compte), grâce à quoi vous pourrez publier des messages ou initier des discussions (pour ce faire cocher la case "pas enregistré").

Index du forum
Diffusion
Discussions, publications etc. (hors site internet et rencontres) Problèmes rencontrés et suggestions.

Voir les sujets
    • vidéosmetaDiscussionhistory
      31 messages ( et 6 méta-messages) < 2016
      Voir la discussion
      • Message répondu :le problème du chômage version "matrix reloaded" par def le 06-09-2015 à 11H50( 2 méta-messages)Voir le message
      • critique de la première partie par dionisos le 24-09-2015 à 16H50
        Après avoir revisionné la vidéo avec boguerdan, on trouve tout le début vraiment bien, par contre, on trouve qu’il y a plusieurs problèmes dans la suite (par ordre d’importance):
        1) sur la décision d’utiliser le mot "esclave":
        - La définition d’esclave n’est pas donné dans la vidéo. (ce qui aurait été intéressant pour un mot aussi central, vue que l’idée est de bien définir les choses)
        - Le fait de pouvoir choisir son maitre, est une différence importante, et ce choix n’est généralement pas à ses risques et périls, car on peut rechercher, et trouver, un nouveau maitre avant de quitter l’ancien, c’est d’ailleurs généralement ce qui est fait en pratique. (il y a donc une liberté bien plus grande que celle donné par la tentative d’évasion)
        - D’après la définition que je connais (que j’utilise à défaut d’une autre), l’esclave est la propriété du maitre, ce qui signifie que le maitre à un pouvoir discrétionnaire énorme sur l’esclave, y compris de le maltraité.
        La réponse que tu apportes à ça me semble être un syllogisme, tu dis qu’aujourd’hui plus personne n’a le droit de maltraité personne, sauf que la conclusion de cela est qu’il n’y a donc plus de personne propriétaire d’une autre, et donc plus d’esclave. Et non pas, que cette propriété n’est donc pas importante pour définir ce qu’est un esclave ou non.
        À la limite, on pourrait dire qu’alors plus personne n’est esclave, et que donc ce mot n’a plus d’utilité, et donc qu’on peut le réutiliser avec un sens différent, mais je pense que tu seras d’accord avec moi, qu’on apporterait en faisant ça, un gros risque de glissement sémantique.
        Au final, même si je suis d’accord que les autres mots ne conviennent pas vraiment (pour les raisons que tu donnes), celui là ne semble pas convenir non plus, et on sent qu’on joue largement sur la connotation du mot, ce qui est rarement une bonne chose dans une démarche rationnelle.
        On trouve qu’il serait préférable de dire que les chômeurs cherchent un travail subordonné et payé.(ce qui correspond plutôt bien à la réalité)

        2) Certain propos demanderais à être nuancé, comme par exemple le fait qu’en France, l’obligation de chercher un travail d’esclave est sanctionné par la peine de mort par privation de nourriture.
        En pratique, en France, peu de personne sont réellement dans une situation où ils finiraient affamé si ils décidaient de ne pas travailler. Cette obligation est très largement dépendante de la situation des personnes et donc pas réellement généralisable. (même si elle reste vrai pour certain en France, et encore bien plus dans d’autre pays).
        Dans la suite de la vidéo, il y a un meilleur critère pour évaluer le nombre de personne soumis à cette obligation, mais cela arrive bien après dans la vidéo.

        3) Un employeur ne prend pas d’employés uniquement parce que le travail est pénible, bien souvent c’est du à une quantité de travail trop importante, même dans le cas où celui-ci est agréable.

        4) Le fait que le mot "service" serait trompeur, je trouve cette partie un peu confuse dans le raisonnent : Qui décide du service, comment le service est rendu, et à qui on le rend, ne me semble pas changer le fait qu’il y est service ou non, ça me semble plutôt indépendant du concept lui même.
        À la limite la connotation positive du mot peut être trompeuse, mais je trouve que sa signification est plutôt clair.
        Répondre
        metaDiscussion
      • Réponse n°1 : par def le 24-09-2015 à 20H17Voir le message

    Site optimisé pour Firefox >5

    Plan du site