Compacter
Changer fond
Supprimer menu
Ukratio, pour une société vraiment plus juste, durable et fraternelle
Aide menu
Surligner après

message du forum

En vous connectant, au moyen de la petite clé ci-dessous, vous bénéficierez d'un certain nombre de fonctionnalités pour mieux suivre les échanges : signalement des derniers messages, des messages non-lus ou à revoir, fonctionnement correct de la notification par mail etc.
Elle permet également de vous "enregistrer" (créer un compte), grâce à quoi vous pourrez publier des messages ou initier des discussions (pour ce faire cocher la case "pas enregistré").

Index du forum
Diffusion
Discussions, publications etc. (hors site internet et rencontres) Problèmes rencontrés et suggestions.

Voir les sujets
    • vidéosmetaDiscussionhistory
      31 messages ( et 6 méta-messages) < 2016
      Voir la discussion
      • Message répondu : par tatiana le 22-10-2015 à 17H31Voir le message
      • Libre arbitre ; acte d'amour par HDen31 le 24-10-2015 à 20H40
        Bienvenue Tatiana

        Ton dernier message ou plutôt ta réflexion sur le libre arbitre m'a particulièrement interpelé .
        Comme toi , je me pose depuis quelques temps de sérieuses remises en questions sur le libre arbitre .
        Les recherches que j'ai entrepris ( recherche sur le net essentiellement ) m'ont conforté au moins pour une chose : à l'heure actuelle , même les plus éminents chercheurs ( que ce soit en neurologie , philosophie ou en neuropsychologie ... ) ne sont pas en mesure de déterminer clairement si le libre arbitre ou la liberté de décision d'un acte n'est qu'une illusion ou ne l'est pas .

        Un petit lien qui résume très succinctement les différentes recherches et contradicteurs sur le libre arbitre :
        philosophie.philisto.fr/cours-52-le-probleme-du-libre-arbitre.html
        Ce passage résume bien où les recherches en sont actuellement :
        ... Qu'en est-il du libre-arbitre aujourd'hui ? Les recherches récentes en neurophysiologie, si elles n'ont pas éliminé le libre-arbitre, semblent avoir cantonné sa fonction au rôle d'arbitre. Kornhuber a mis en évidence que près d'une seconde avant la décision d'un acte, le cerveau a préparé cet acte (potentiel de préparation motrice). Le scientifique Libet a en revanche identifié des potentiels de préparation avortés au moment de l'acte quand celui-ci n'a pas été effectué. Le libre-arbitre pourrait ne pas être une illusion, mais il ressemblerait plus à un droit de veto qu'à une autonomie absolue de la volonté.
        En résumé , on pourrait définir le libre arbitre comme une zone du cerveau ayant la faculté d'exercer son droit de véto inhibant de ce fait certaines " actions automatiques " .( le cerveau fonctionne en grande partie en " pilotage automatique " , notamment par soucis d'économie d'énergie et aussi d'un point de vue facilement compréhensible , lié au confort ( action de marcher , conduire , ... ) mais aussi au niveau de la pensée et du résonnement ( préjugés , ... )
        Au premier abord , il peut paraitre inimaginable voire inconcevable que le cerveau décide seul de façon automatique de nombreuses actions/pensées/paroles , ne serait-ce que du point de vue relevant de la question sur l'éthique , tout semblerait remis en question .
        Fort heureusement , il y a ce " véto " qui permet après une analyse plus poussée , de mesurer l'impact sur soi-même ou la société/l'environnement et de décider si oui ou non une action " automatique " est préjudiciable ou non .

        En fait la seule chose qui me parait la plus maitrisable , même si elle est loin d'être facile , c'est l'observation de ses propres pensées/émotions et comment elles sont générées :
        Pourquoi je suis attiré par telle chose et pas par celle-ci ? Pourquoi je m'obstine à vouloir rester dans tel domaine néfaste pour moi ou la société alors que je pourrais changer ? Pourquoi telle pensée surgit spontanément alors qu'elle est en contradiction avec ma vrai nature ? ... etc ...

        Personnellement , un apprentissage méthodique et permanent me permet de m'échapper de cet automatisme et l'observation des effets que pourraient porter mes actes/paroles me renseignent suffisamment de tout processus d'amélioration ou au contraire de dégradation soit au niveau relationnel soit sur l'environnement proche ou lointain ... ).

        Mon raisonnement d'il y a qqs années:réflexion sur le libre arbitre:j'y crois pas,je crois pas au libre arbitre personnel mais je crois au libre arbitre commun.En faite pour moi le "moi" est qu'une illusion ce qu'on est grace aux autres donc il faut les remercier.Bref ça aide aussi pour le pardon
        Lorsque tu crois au " libre arbitre commun " est-ce-que tu fais allusion à l'interdépendance des personnes ?
        Je pense en particulier au " mimétisme comportemental " ( voir les recherches de René Girard ) qui interfère systématiquement pour chaque être humain dans ses actions , ses pensées et ceci sans que l'on réalise réellement à quel point beaucoup de choses se jouent à notre insu .
        D'où peut-être peut surgir la difficulté de réaliser des choses utiles au bien commun puisque régulièrement corrompus par cette interdépendance ( involontaire ou subi ).

        Ma réfléxion: le libre arbitre existe pas=>comment améliorer les choses?on sait ce que fait chaques actes d'amour dans une vie à quel point cela est importants et que juste une personne peut changer les choses l'amour entraine l'amour etc

        =>l'argent influence l'homme dans le mauvais sens
        =>la gratuité,l'altruisme,l'amour meme si ça changera pas la personne ça va l'aider dans le bon sens pour l'amour
        Je vois l'acte d'amour comme un acte spontané , sans calcul " d'intérêt personnel " et surtout détaché de toute récompense que l'on serait tenté d'attendre et de recevoir en retour .
        Force est de reconnaître que c'est très difficile à réaliser , notamment par le fait que notre environnement nous conditionne en permanence à la poursuite de récompense ou de mérite individuel mais aussi par le fait que notre cerveau , par nature , étant mû par la recherche d'une certaine reconnaissance individuelle ou intérêt personnel , se retrouve fréquemment en contradiction avec une certaine compatibilité sur la recherche du bien commun .

        L'essentiel étant de continuer sans relâche la recherche sur la compréhension/ l'acceptation des comportements et caprices de notre cerveau qui reste malgré tout un continent dont on est loin d'avoir exploré les fonctions essentielles.
        Mais surtout , rester très vigilant et chercher à s'extraire des griffes d'une civilisation qui continu d'entretenir ( volontairement ? ) une certaine forme "d'obscurantisme " économique et social , difficilement acceptable à notre époque dite " postmoderne " .
        Répondre
        metaDiscussion
      • Réponse n°1 : par tatiana le 25-10-2015 à 01H25Voir le message

    Site optimisé pour Firefox >5

    Plan du site